Coline Gaulot


On a fait un grand feu






  Œuvres © Coline Gaulot
Photographies © Claire Baudou



Site de l’artiste
Coline Gaulot
Coline Gaulot est une coloriste.
Que ce soit dans la série de peintures Femmes-Piscine, avec une palette clair-obscur et un traitement de la lumière entre chien et loup, que dans l’ensemble, plus récent, This is a Love Story où de grands bouquets vibrants et fluo envahissent l’espace ; la couleur domine le trait et enchante la toile. Dans ces deux projets, il s’agit de portraits en creux de femmes, connues ou inconnues, aux prénoms universels qui évoquent à tous des images, des instants de vie comme « Je voulais t’acheter du mimosa mais je n’en ai pas trouvé ». Un entre-deux sentimental et éphémère.

Dans son dernier projet, l’artiste se retourne et se centre, a priori, sur elle. A priori seulement. Pour cette œuvre multiple, elle s’est penchée sur des photos de famille, les siennes. Des moments qui évoquent, à tous ceux qui les ont connus, une nostalgie, une joie et une certaine idée de « paradis perdu ». L’enfance et les anniversaires, la fête, les gâteaux et les bougies. Les amis et la famille. L’odeur de la cire et des bonbons. L’effervescence générale qui cache parfois le linge sale, ce qui a été et qui n’est plus. Ces passages qui marquent le temps et restent dans les mémoires.
Pour Joyeux A, l’artiste est allée chercher les photos de chacun de ses anniversaires, au moment où le gâteau est là, roi, prêt à être soufflé, découpé et mangé. De ces images — que personne ne verra — elle en extrait une forme reconnaissable, qu’elle dessine et refaçonne : celle de la pâtisserie du jour. Un gâteau, parfois deux, pour un âge. Il y en aura vingt-huit.
Vient ensuite le besoin de redonner un volume à la forme. Les dessins lui servent alors de base pour créer pour la première fois des porcelaines. Medium sensuel et capricieux qui porte en lui les questions de temps et de mémoire. En reproduisant ses gâteaux en céramique à l’échelle 1, l’artiste nous renvoie d’une certaine manière à un fantôme de l’objet ; un ça-a-été de la sculpture.

Coline Gaulot est une coloriste.
Lorsqu’elle choisit de conserver le blanc naturel de la matière, en biscuit mat ou en émail brillant qui donnent les contrastes, ce n’est pas anodin, elle parle encore de couleurs. Le blanc est une couleur et il regroupe l’ensemble du spectre.



La finition des porcelaines joue et reflète leur environnement. Pas question ici de trompe-l’œil ou de singer une réalité. Toute l’installation est blanche, les créations ainsi que la table qui reçoit les entremets et porte la marque des âges révolus. Cette ligne maculée traverse l’espace et se confronte à lui, se démarque et s’en inspire, coupe et attrape la lumière. Ce blanc, parfois brillant, est bien le miroir des couleurs alentours, il est aussi le reflet sans tain des couleurs perdues.

Les œuvres de Coline Gaulot font écho au passé et à l’histoire, célèbrent les formes nouvelles tout en assumant leur rôle audacieux. Un sujet qui parle à tous avec des objets reconnaissables, qui témoignent néanmoins du temps opportun et du temps qui passe, de l’existence et de la destinée.

— Émilie Flory
Bordeaux, octobre 2019


Le projet Joyeux A est une recherche artistique qui se déploie en plusieurs temps de travail dont une résidence à L’École nationale supérieure d’art de Limoges, une première présentation au Musée du four des Casseaux et une résidence à La Métive, qui se poursuit jusqu’en septembre 2020. Les œuvres en porcelaine dialogueront à terme avec une frise dessinée au crayon de couleur et une joyeuse grande fête d’anniversaire…
︎
HOME

Made possible by the generous support of all the artists and partners  
Please respect the copyrights of all art works, texts and images on this website

/// THANKS xoxo ///