Faire flamboyer l’avenir1


A + B Blume, Philippe Braquenier et David De Beyter, Thorsten Brinkmann, Nicolás Combarro, David Coste, Étienne Courtois, Louis Dassé, France Dubois, Valérie du Chéné, Anne-Charlotte Finel, Ouka Leele, Marie Losier, Annabelle Milon, Alexey Shlyk, Miguel Ángel Tornero, William Wegman, William Wegman et Robert Breer, Ian Wilson


L’été photographique de Lectoure
16 juillet > 18 septembre 2022 — Centre d’art et de photographie, La Halle aux grains, École Jean-François Bladé et La Cerisaie, Lectoure

Commissariat, scénographie : Émilie Flory sur une invitation de Marie-Frédérique Hallin, directrice du CAPL




Le monde comme une petite boule de cristal,
Tourne sur un torchon d’aspect métallique.
Si tu as grandi et que tu es encore enfant,
tu l’as, maintenant, dans tes mains.
Mais si tu t’es forcé à grandir, en oubliant ton enfance,
le monde se retrouve à tes pieds,
languit entre tes mains,
tremble devant tes yeux,
explose avec tes pensées,
et fait pleuvoir tes malheurs amers.2

Pour L’été photographique 2022, alors qu’une guerre aux portes de l’Europe vient s’ajouter à un contexte de pandémie mondiale, j’ai tenu à axer mon projet autour d’artistes dont le travail questionne la construction des mondes. Depuis toujours, les artistes ont su utiliser l’humour et l’absurde, faire des pas de côté pour parler de la réalité, se décaler et user de l’élan vital du rire pour supporter l’insupportable. Créer et détourner pour donner à penser. Ils construisent des mondes d’un point de vue politique, enfantin, architectural, utopique, fantasque, imaginaire. Leurs œuvres traitent de gravité et d’espoir, elles permettent de s’extraire, de rire et de rêver, de continuer à avancer. À la longue, la vie sans utopie devient irrespirable, pour la multitude du moins : sous peine de se pétrifier, il faut au monde un délire neuf.3

Il faut un délire neuf, celui de la movida que la jeunesse madrilène a composé et bâti au sortir du franquisme ; celui aussi des performances qui flirtent avec le nonsense en pleine guerre du Vietnam, des interventions minimales et conceptuelles quand l’apartheid ronge l’Afrique-du-Sud. Il faut aussi la joie, la liberté et la puissance de la photographie conceptuelle et performative des années 60-70. Elle marque l’entrée de ce medium dans l’art contemporain par ceux qui étaient enfants en 39-45. Les œuvres de ces artistes — déjà ancrés dans une histoire mondiale de l’art contemporain — dialoguent ici avec une jeune génération allemande, belge, espagnole et française. Plus sombres, ces derniers oscillent, leurs œuvres conservent cette double lecture, un peu plus grinçante. Certains embrassent, comme leurs aînés, la respiration qu’offrent les contre-cultures et la science-fiction. Ils travaillent, forment une communauté de pensées au délire commun. Ils revisitent les symboles historiques, pointent la ville contemporaine utopique et déchue, l’inventivité des survivants de conflits soumis aux dictatures, s’intéressent aux pseudosciences qui adoubent les communautés « platistes » et « ufoistes », interpellent les passages entre réalité et fiction, jouent du quotidien, des objets, des espaces. Ainsi, pour cette nouvelle édition de L’été photographique à Lectoure, la nécessité de construire des mondes revêt différentes formes, en différents lieux de la ville.
Une utopie est un berceau4 conservons des yeux d’enfants, continuons à écouter les poètes et faisons flamboyer l’avenir !

Émilie Flory
Madrid, mars 2022

1. et 4. Victor Hugo, La Fonction du poète in Les Rayons et
les Ombres
, 1840
2. Ouka Leele, Naturaleza viva, naturaleza muerta, Arnao Ed., 1986
3. Emil Michel Cioran, Histoire et utopie, 1960


En partenariat avec le CNAP, Frac Normandie (Caen), galerie Françoise Paviot (Paris), The Ravestijn Gallery (Amsterdam, NL), la région Wallonie-Bruxelles, Wallonie Bruxelles International, Hopstreet gallery (Bruxelles), Anita Beckers Gallery (Frankfurt/Main), Goethe Institute (Toulouse), AC/E Acción Cultural Española (Madrid), galerie Cédric Bacqueville (Lille – Oost-Souburg, NL), Jousse-entreprise (Paris), CA2M (Mostoles), galerie Anne Barrault (Paris), Les Abattoirs (Toulouse),  Juan Silio galería (Madrid), Frac-Artothèque Nouvelle-Aquitaine (Limoges), galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois (Paris), Studio Wegman (NY, USA), galerie Jan Mot (Bruxelles), gb agency (Paris) et des collectionneurs privés. Avec l’aide du laboratoire Photon, du centre d’art Le BBB (Toulouse) et Le printemps de septembre (Toulouse)


Voir les expositions
Centre d’art et de photographie
La Cerisaie
La Halle aux grains
École Jean-François Bladé - Premier étage
École Jean-François Bladé - RDC



  Vue de l’installation Microfilms de France Dubois © et photo : l’artiste


Sites des artistes
Philippe Braquenier
David De Beyter
Thorsten Brinkmann
Nicolás Combarro
David Coste
Étienne Courtois
Louis Dassé
France Dubois
Valérie du Chéné
Anne-Charlotte Finel
Annabelle Milon
Marie Losier
Alexey Shlyk
Miguel Ángel Tornero
William Wegman


  William Wegman et Robert Breer, Blue Monday, 1988. Videogramme © William Wegman, Robert Breer Estate, courtesy galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois et gb agency, Paris. Avec l’aimable autorisation de Warner Music France.

  Vue de l’exposition au CAPL. Photo : CAPL M. Segond

  Vue de l’installation La Noche en Balde de Miguel Ángel Tornero. Photo : l’artiste
 
  Vue de l’exposition Seeing is Believing de Philippe Braquenier et David De Beyter.
Photo : Romain Darnaud


  Vue de l’installation Têtes d’Anne-Charlotte Finel. Photo : CAPL M. Segond
 
  Vue de l’exposition à La Halle aux grains. Photo : CAPL M. Segond 
︎
HOME

Terms of Use
Made possible by the generous support of all the artists and partners  
Please respect the copyrights of all art & graphic works, texts and images on this website.

 
/// THANKS xoxo ///